doute.jpg

 

Qui n’a jamais douté de sa vie ?

Doute de l’existence, doute des sentiments

Doute de soi, doute de l’autre .

Doute, tu pourris tout.

Quand la confiance est là tout est si simple

Tout roule, tout coule, comme le sang dans nos veines.

 

Il suffit qu’il s’installe et la souffrance rentre

De pore en pore, elle s’infiltre pour ne laisser en nous

Que peur et amertume, questions et suspiscion

Mais qui de nous ou du doute doit avoir raison ?

Qui laisse entrer le doute si ce n’est nous ?

Comme on a à choisir entre souffrance et joie

Pourquoi se refuser ce que le coeur espère ?

 

Quand il pointe son nez, il nous faut décider

Qui de lui ou de nous à l’autre fera pied de nez.

A nous de choisir entre paix et tourments

Car de l’un ou de l’autre nous sommes les seuls maîtres.

Plus de plaintes, plus de peurs,

Vous qui avez choisi de douter ou de croire

Vous avez dans vos mains les clefs de votre maison.

Vous ferez de vos vies, vie d’amour et de joie

Ou choissirez l’enfer et la souffrance.

C’est à vous seuls que vous devrez des comptes

 

J’ai douté comme vous et souffert de retour

Mais je sais aujourd’hui qu’il est un choix

Entre confort et combat que je dois faire

Avoir confiance et croire ou douter et souffrir

Me refuser cela c’est vous refuser à vous

La paix et la joie que chacun espère.

 

Le choix est donc bien simple et que ne l’a t-il été plus tôt

C’est pour vous et pour moi que du doute ne veux plus

Je ne veux à présent que paix et bien être

Je ne veux autour de moi que bonheur et joie.

Les erreurs de la vie nous transforment

Prendre conscience que ce n’est que de soi dont dépend le bonheur

Revoir le sourire et l’espoir sur des visages aimés

Suffit à me prouver que la bataille n’est pas veine.

Apprendre à ne plus douter n’est pas chose aisée

Mais quel bonheur de vaincre si vous saviez.

 

Réflexions 2005